Malheur

La Brasserie Malheur est une entreprise indépendante et familiale. Le père fondateur de la brasserie est Balthazar De Landtsheer. Né en 1773 à Baasrode, il y fonde la brasserie « De Halve Maan ». Son fils, Eduard de Landtsheer, ancien bourgmestre de Baasrode, reprend par la suite la tête de l’entreprise. En 1839, Emmanuel De Landtsheer, petit-fils de Balthazar, reprend la brasserie qu’il rebaptise l’établissement « Brouwerij De Zon » (Brasserie Le Soleil – d’où le choix de l’orange comme couleur maison). Comme beaucoup de brasseries à cette époque, la brasserie Le Soleil devra suspendre temporairement ses activités pendant les Première et Seconde Guerres mondiales suite à la confiscation du matériel par l’armée. Dans l’attente de temps meilleurs, Emmanuel De Landtsheer délaisse le brassage et se concentre davantage sur l’embouteillage et le négoce de bières. À l’époque, les pils (qu’il ne pouvait brasser dans son établissement) sont très populaires. Il devient ainsi gérant des stocks de la brasserie malinoise Lamot et de la brasserie trappiste Westmalle, ainsi qu’importateur de Pilsner Urquell. Son fils Adolf prendra sa succession. En août 1997, l’ancienne brasserie de la famille De Landtsheer est relancée par Manu De Landtsheer, fils d’Adolf, sous le nom de « Brasserie Malheur ». Ainsi, la tradition brassicole familiale est remise à l’honneur. Si les bières Malheur blondes sont brassées selon la méthode ancestrale et classique, avec de l’orge, du houblon et de la levure, la production fait néanmoins appel à des installations hypermodernes. Les bières brunes, quant à elles, sont brassées selon une ancienne méthode flamande, avec du houblon et des épices.

Sorry for the inconvenience.

Search again what you are looking for