De Halve Maan

La brasserie De Halve Maan connaît une longue histoire vu que c’est une famille de six générations de brasseurs de tradition qui ont, depuis 1856, continué à brasser de la bière de façon traditionnelle.  En 1564 le registre communal brugeois mentionne déjà l’existence d’une brasserie « Die Maene » à la Place de la Digue. C’est en 1856 que Leon Maes, alias Henri I, devient propriétaire du bâtiment. Avec l’aide de son oncle, le chanoine P.J. Maes, il y installe une brasserie moderne qui produit une bière trouble et acide de haute fermentation. Après la mort de Henri I en 1867, les fils Henri II et Achère héritent de la brasserie. Henri II part en Angleterre en pleine révolution industrielle où il apprend les techniques les plus récentes de brassage qu’il appliquera plus tard à son retour à Bruges. Ces influences anglaises l’amèneront à brasser des bières anglaises tels le stout et le pale-ale. Les deux frèrent décèdent malheureusement à un jeune âge et leurs deux veuvent tentent de maintenir la brasserie à flot durant la Première Guerre Mondiale, période difficile pour tous les brasseurs de l’époque. Après la première guerre mondiale, Henri III reprend la brasserie en main. Il se rend en Allemagne, une référence brassicole, pour approfondir ses connaissances dans l’art du brassage. Là-bas, il fait la connaissance des bières à basse fermentation et décide aussitôt de brasser des bières similaires à Bruges. C’est ainsi qu’en 1928, il lance la « Bock », une pils légère qui connaitra un succès fulgurant : après un an, la brasserie produit déjà 46 % de plus. A ce moment là, la bière est non seulement vendue en fûts, mais aussi en bouteilles et livrée aux clients en charrettes tirées à cheval. Cette vente à domicile fera la force de la brasserie jusque dans les années 70. Après la deuxième guerre mondiale, en 1946, Henri III reprit la brasserie voisine « Brugge-Zeehaven ». Grâce à l’espace supplémentaire il peut commencer les grands travaux nécessaires pour suivre la production croissante. Au début des années ’50, Henri IV rentre en activité à la brasserie. La clientèle à domicile se développe sans cesse et la brasserie jouit d'une grande renommée dans la région brugeoise. Mais dès les années 70, ce point fort de la brasserie devient rapidement un point faible. Les gens préfèrent désormais se fournir aux différents supermarchés de la région et la brasserie est trop petite pour approvisionner ces supermarchés. Au début des années 80 l'intérêt pour les bières spéciales artisanales se fait toujours plus grande. Véronique, la fille de Henri IV, lance une nouvelle bière spéciale en 1981 : une bière blonde, houblonnée et de fermentation haute. A l’origine c’était une bière unique, brassée à l’occasion de l’inauguration, à Bruges, d’une statue de St Arnould, le Saint-Patron des brasseurs. Les Brugeois apprécient d'emblée cette nouvelle bière, et elle est recommandée pour les réceptions officielles à la mairie. La bière est plutôt alcoolisée et c’est pourquoi on lui donne un nom bien approprié ; " Straffe Hendrik " (Henri Fort) dans la tradition des Henri Maes. En 1988 la marque est reprise par Riva NV. Jusqu’en 2002 les bières Straffe Hendrik sont encore brassée à Bruges par Riva. Depuis avril 2005, la longue tradition brassicole qu’avait connu la ville de Bruges tout au long de son histoire a été remise à l’honneur grâce à la reprise des activités de la brasserie De Halve Maan. Cette brasserie est désormais la seule et unique brasserie en activité dans le centre de Bruges. Xavier Vanneste, le fils de Véronique Maes, n’a pas ménagé ses efforts pour rénover l’atelier de brassage et mettre au point de nouveaux « crus ». En 2005, une nouvelle bière est présentée au grand public: la bière Brugse Zot (le Fou de Bruges),  la seule et unique bière brassée à Bruges.
Brugse Zot brun

De Halve Maan

Brugse Zot brun

  • Brune
  • 7.5 °
  • 33cl
Price €2.17
  • On sale!